Livre - Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même | Lise Bourbeau

Livre – Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même | Lise Bourbeau

Book – The 5 INJURIES that prevent you from being yourself | Lise Bourbeau

For foreign visitors, you can use the translator (on the side of the blog, in sidebar ) widget “Traduction”, for translate the article into your language original.

 

Les blessures de l’âme sont au nombre de cinq et sont, en ordre chronologique, le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice. Nous naissons tous avec plusieurs de ces blessures, mais elles sont vécues à des degrés différents. Ces blessures ont été créées dans une vie précédente et sont toujours présentes, car elles n’ont pas été acceptées. A savoir que nous avons, au moins, 2 blessures intérieures cumulées.

Nous pouvons donc en déduire qu’une blessure de rejet, par exemple, aurait commencé alors que la personne rejette une autre personne et ne s’accepte pas dans cette situation. Cette expérience de rejet vient suite à un rejet de soi. Ça devient un cercle vicieux : on se rejette, on rejette les autres et on se fait rejeter… Toujours pour devenir conscient du rejet envers soi. Il en est ainsi pour toutes les blessures de l’âme. La blessure apparaît aussitôt que la non-acceptation commence, tout comme de nombreuses plaies, blessures ou maladies peuvent apparaître tout à coup dans le corps d’un humain. Si ce dernier ne s’occupe pas de la guérison de cette blessure, elle devient de plus en plus grave et, au moindre toucher, elle fera de plus en plus mal. Nous sommes donc responsables de nous occuper personnellement de la guérison de nos blessures de l’âme afin de nous créer une meilleure qualité de vie.

 

les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même livre lecture blessure

 

Avez-vous parfois l’impression de tourner en rond dans votre cheminement personnel? Vous arrive-t-il de voir resurgir un problème que vous pensiez avoir résolu? Peut-être ne cherchez-vous pas au bon endroit.
Ce nouveau livre de Lise Bourbeau, aussi concret que les précédents, démontre que tous les problèmes d’ordre physique, émotionnel ou mental proviennent de cinq blessures importantes : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice. Grâce à la description très détaillée de ces blessures et des masques que vous avez développés pour ne pas les voir, les sentir et surtout pour ne pas les connaître, vous arriverez à identifier la vraie cause d’un problème précis dans votre vie. Ces masques vous donneront également des réponses sur l’extrême maigreur ou grosseur des gens.
Ce livre vous permettra d’entreprendre la bonne démarche de guérison, celle qui mène au résultat recherché: être vous-même.
Lise Bourbeau vous propose, comme toujours, une solution pratique à la fin de ce livre pour arriver à transformer vos problèmes quotidiens en tremplin pour grandir et pour redevenir conscient que vous êtes un DIEU créateur.

 

Livre - Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même | Lise Bourbeau

 

Tout ce qui vous arrive de désagréable, de difficile, de stressant peut être relié à une de vos blessures de l’âme. Ça inclut tout ce qui vous arrive aux plans mental (anxiété, peurs, etc.), émotionnel (culpabilités, émotions, colères, etc.) et physique (malaises, maladies, accidents, etc.).

Dès la conception du bébé, les blessures commencent à être activées par ses parents ou ceux qui jouent le rôle de parent. Il est donc TRÈS IMPORTANT de nous souvenir que nous ne souffrons pas de nos blessures À CAUSE de nos parents, mais plutôt du fait que nous avons besoin de ce genre de parents avec leurs propres blessures pour devenir conscient des nôtres, afin de déclencher le désir de vouloir les guérir.

Aussitôt qu’une blessure est activée et que nous ne l’acceptons pas, nous réagissons automatiquement. Tout comme si quelqu’un touche à une plaie ouverte sur votre corps, vous allez réagir. Cette réaction dépend de la gravité de la plaie. Plus elle fait mal et plus la réaction est forte et rapide. Pour les blessures de l’âme, j’appelle cette réaction « porter son masque ». Pourquoi? Parce que lorsque nous nous sentons blessés et que nous ne prenons pas notre responsabilité, nous accusons l’autre de nous blesser (ou nous nous accusons de nous sentir blessé) et nous ne sommes pas nous-même. Prendre notre responsabilité, c’est simplement sentir cette blessure et reconnaître que ce n’est pas l’autre qui nous blesse, mais que la souffrance vient du fait que nous ne nous sommes pas encore occupé de la guérison de la blessure.

Ce qui vient à dire que lorsque nous sommes en réaction, nous souffrons et nous ne sommes plus nous-même : voilà la raison pour laquelle nous appelons l’attitude réactionnelle « porter notre masque ». Chaque blessure a son masque respectif, c’est-à-dire que le comportement réactionnel n’est pas le même.

 

Voici donc une description rapide (résumé) de ces cinq blessures, avec leur masque descriptif, afin de les reconnaître rapidement, autant dans l’attitude, le comportement que dans l’apparence physique. Plus vous vous voyez dans plusieurs aspects de cette description, plus la blessure est importante. Par exemple, si tout le corps répond à la description, la blessure est beaucoup plus grosse que si seulement une partie de votre corps y répond. Vous retrouverez les 5 profils détaillés dans le livre, ainsi que la guérison de chaque blessures.

 

Livre - Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même | Lise Bourbeau

 

BLESSURE REJET :

 

Éveil de la blessure :

Dès la conception jusqu’à l’âge d’un an. Éveillée par le parent du même sexe. Ne s’est pas senti accueilli, accepté. Cette blessure est donc vécue dans la vie avec les personnes du même sexe.

Masque : fuyant.

Attitude et comportement du fuyant :
Il croit ne pas avoir le droit d’exister. Se demande ce qu’il fait sur cette planète. Il se considère comme nul et sans valeur. Il se coupe facilement du monde extérieur en fuyant dans son monde. Il trouve aussi de nombreux moyens de fuite (astral, sommeil, drogue, alcool, etc.) Une façon de se couper du monde physique est de s’intéresser à tout ce qui est mental, intellectuel. S’isole et même si en présence des autres, se sent seul, car il prend tellement peu de place qu’il devient presque invisible aux yeux des autres. Il est souvent un perfectionniste obsessionnel dans certains domaines. Il se crée un idéal inatteignable. Panique facilement suite aux scénarios qu’il est très habile à construire.

Corps physique :

Petit corps étroit, mince. Le haut du corps contracté, replié sur lui-même. Parties du corps plus petites ou manquantes, exemple : pas de fesses. Parties du corps asymétriques. Le tour des yeux cernés qui donne l’impression d’un masque autour des yeux. Tendance aux problèmes de peau. Petits yeux. Voix basse, éteinte.

D’après Lise Bourbeau, le rejet est la première des 5 blessures à se manifester, de la conception à un an. C’est le cas du bébé qui arrive par « accident » ou qui est du sexe non désiré. La personne rejetée ne croit pas à son droit d’exister.
Elle se fabrique un masque de FUYANT qui se reconnaît à un corps mince, qui ne prend pas de place. Le visage et les yeux sont petits.
Le rejet est vécu avec le parent du même sexe, précisément celui qui doit nous apprendre à nous aimer et à aimer les autres.
L’enfant fuyant est généralement sage et tranquille. Il s’invente un monde imaginaire, il est souvent dans la lune et sait se rendre invisible. Le fuyant est détaché du matériel, il est davantage attiré par le monde intellectuel. Il a des problèmes sexuels car il pense que la sexualité interfère avec la spiritualité. Le fuyant se croit nul et sans valeur et utilise très souvent les mots « nul », « rien », « inexistant », « disparaître ». Dans un groupe ou en famille, il a tendance à s’effacer et recherche la solitude.
Sa plus grande peur : la panique.

 

Livre - Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même | Lise Bourbeau

 

BLESSURE ABANDON :

 

Éveil de la blessure :

entre la naissance et l’âge de trois ans. Éveillée par le parent du sexe opposé. Ne s’est pas senti soutenu et a surtout manqué de nourriture affective. Cette blessure est donc vécue dans la vie avec les personnes du sexe opposé.

Masque : dépendant.

Attitude et comportement du dépendant
il recherche l’attention, le support et surtout le soutien de son entourage à tout prix. Il peut même devenir victime et souvent malade seulement pour de l’attention. Il a de la difficulté à fonctionner seul. Difficulté à se tenir droit, s’appuie sur les autres personnes ou sur quelque chose. Grande affinité de comédien, d’être la vedette dans une rencontre. Fait régulièrement des demandes, non par besoin, mais surtout pour avoir de l’attention. En vieillissant, de plus en plus angoissé à l’idée d’être seul.

Corps physique :

un corps long mince, sans tonus. Système musculaire sous-développé. Épaules tombantes. Dos courbé. Parties du corps tombantes ou flasques ou situées plus basses que la norme, exemple : des fesses basses. Grands yeux tristes ou tombants. Voix d’enfant ou voix plaintive.

C’est la deuxième blessure qui fait le plus souffrir après le rejet car elle touche directement l’être, nous dit Lise Bourbeau. Elle s’éveille généralement entre un et trois ans. Un enfant peut se sentir abandonné si, par exemple, sa mère s’occupe d’un nouveau-né, si ses parents sont très occupés ou encore s’il est hospitalisé.
La blessure d’abandon est vécue avec le parent du sexe opposé.
La personne abandonnée ne se sent pas assez nourrie affectivement. Elle se fabrique un masque de DÉPENDANT qui se caractérise par un corps long, mince, qui manque de tonus. Les yeux sont grands et tristes, les jambes faibles, les bras trop longs, le dos courbé. Certaines parties du corps peuvent être tombantes ou flasques.
Les mots qui reviennent le plus souvent dans son vocabulaire sont : « absent », « seul », « je ne supporte pas », « je me fais bouffer ».
Le dépendant est, des 5 types, le plus apte à devenir victime. Il se crée des difficultés pour attirer l’attention, surtout des problèmes de santé, et dramatise beaucoup. Mais la victime aime aussi jouer le rôle de sauveur afin de s’attirer des compliments, de se sentir important. Le dépendant connaît souvent des hauts et des bas.
Sa plus grande peur : la solitude.

 

Livre - Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même | Lise Bourbeau

 

BLESSURE HUMILIATION :

 

Éveil de la blessure :

Entre l’âge d’un et trois ans. Éveillée avec le parent qui réprimait toute forme de plaisir physique. Peut être un des deux parents ou les deux. S’est senti brimé dans sa liberté de connaître le plaisir physique.

Masque : masochiste.

Attitude et comportement du masochiste
une personne très sensuelle qui aime les plaisirs associés avec les sens, mais qui les refoule par peur de déborder, de perdre le contrôle et d’avoir honte. Fait tout pour ne pas être libre, donc devient très serviable et s’occupe des besoins de ses proches avant les siens. Souvent dégoûtée d’elle-même, elle se traite de sans-coeur, de cochonne, d’indigne. Se récompense souvent avec de la nourriture, lui donnant raison d’être dégoûtée d’elle-même. Attire des situations en public pour se faire humilier.

Corps physique :

un corps fait en rondeurs, le visage rond, les bras ronds, le corps rond, etc. Généralement, un surplus de poids. Taille courte. Vêtements souvent trop serrés. Les yeux ronds, ouverts et naïfs d’un enfant. Voix douce, mielleuse.

Cette blessure s’active entre l’âge de un et trois ans. Elle est rattachée au monde physique, de l’avoir et du faire, et s’éveille au moment du développement du corps physique. C’est l’enfant que les parents traitent de « petit cochon » parce qu’il s’est sali.
La blessure d’humiliation est le plus souvent vécue avec la mère mais elle peut être vécue avec le père si celui-ci s’occupe du développement physique.
Le masque de la personne humiliée est le MASOCHISTE. Elle recherche la douleur et l’humiliation, généralement de façon inconsciente.
Comme elle se sent moins bien que les autres, elle développe un corps gros, rondelet. Son visage est rond, ses yeux sont grands, ronds, ouverts et innocents comme ceux d’un enfant.
Le masochiste est très performant et prend beaucoup sur ses épaules. Il prend facilement du poids. Il se crée des contraintes et des obligations, dont il se plaint, se considère comme dévoué mais ne se sent pas vraiment reconnu. La mère a souvent beaucoup d’emprise sur un masochiste, emprise qui peut perdurer même lorsqu’elle est décédée. Le masochiste est rarement en contact avec ses propres désirs, ses propres besoins.
Il utilise souvent les mots « petit » (« as-tu une petite minute pour moi ? »), « gros », « être digne » ou « être indigne ».
Sa plus grande peur : la liberté.

 

Livre - Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même | Lise Bourbeau

 

BLESSURE TRAHISON :

 

Éveil de la blessure :

Entre l’âge de deux et quatre ans. Éveillée avec le parent du sexe opposé. S’est senti trahi, manipulé ou qu’on lui a menti. Ses attentes non répondues par ce parent. Perdu confiance. Cette blessure est donc vécue dans la vie avec les personnes du sexe opposé.

Masque : contrôlant.

Attitude et comportement du contrôlant
ayant une forte personnalité, il aime contrôler les autres pour qu’ils répondent à ses attentes. Prend beaucoup de place dans un groupe. Cherche à être spécial et important. Intolérant et impatient avec les gens lents. Tente d’imposer son point de vue à tout prix. Très séducteur et manipulateur. Sceptique avec les autres, peur de se faire séduire. Difficulté à s’engager avec les personnes du sexe opposé. Ne fait pas confiance facilement. Ne peut tolérer de se faire mentir, mais ment souvent aux autres. Spécialiste à mettre le blâme sur les autres, ne prend pas sa responsabilité, mais veut que tout le monde le croie très responsable.

Corps physique :

chez l’homme, épaules plus larges que les hanches. Exhibe de la force et du pouvoir dans le haut du corps. Chez la femme, la force est plus dans le bassin et les hanches sont plus larges et fortes que les épaules. Force dans les fesses, les cuisses, les jambes. Grands yeux avec regard intense et séducteur. Voix forte.

Selon Lise Bourbeau, cette blessure est éveillée entre deux et quatre ans. Elle est vécue avec le parent du sexe opposé, avec lequel il y aura un fort complexe d’Œdipe.
Le masque créé par cette blessure pour s’en protéger est celui de CONTRÔLANT.
Le contrôlant veille au respect des engagements, à être fidèle et responsable. Il se crée un corps qui reflète la force et le pouvoir : des épaules larges chez l’homme, un corps en forme de poire chez la femme.
On retrouve dans son vocabulaire des expressions telles que : « laisse-moi faire seul », « je le savais », « fais-moi confiance ».
Le contrôlant est celui qui a le plus d’attentes envers autrui. Il aime prévoir pour mieux contrôler et déteste l’imprévu. Il a une forte personnalité et est convaincu d’avoir raison. Il affirme son point de vue de manière catégorique et veut à tout prix convaincre les autres. Le contrôlant comprend et agit rapidement ; il a peu de patience pour les lents. Il vit de la colère lorsque ça ne va pas assez vite à son goût. Il aime finir le premier surtout en cas de compétition. Il devient facilement agressif. Des 5 profils, c’est celui qui a le plus de sautes d’humeur.
Ses plus grandes peurs : la dissociation, la séparation, le reniement.

 

Livre - Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même | Lise Bourbeau

 

BLESSURE INJUSTICE :

 

Éveil de la blessure :

entre l’âge de quatre et six ans. Éveillée avec le parent du même sexe. S’est senti bloqué dans le développement de son individualité. A souffert de la froideur et de l’insensibilité de ce parent. Cette blessure est donc vécue dans la vie avec les personnes du même sexe.

Masque : rigide.

Attitude et comportement du rigide
très perfectionniste, il veut vivre dans un monde parfait. S’est donc coupé de sa sensibilité pour ne pas sentir les imperfections. Semble un éternel optimiste même si rien ne va. Admet rarement vivre des problèmes, de la fatigue ou même des malaises physiques. Ne respecte pas ses limites, car ne les sent pas. Se contrôle facilement (poids, nourriture, colère, etc.) Passe pour froid et insensible. Se croit apprécié pour ce qu’il fait et non pour ce qu’il est. Très exigeant face à lui-même.

Corps physique :

un corps bien proportionné, droit, rigide ou parties du corps très raides, rigides. Un cou raide avec souvent les nerfs du cou qui ressortent. Mâchoire serrée. Mouvements rigides, saccadés. S’habille serré pour montrer sa petite taille et souvent en noir pour se couper de son senti. Apparence très soignée et semble sexy mais non sensuel. Ventre plat qu’il s’efforce de rentrer. Fesses rondes et bombées. Teint clair. Yeux perçants avec regard direct, brillant et vivant. Voix sèche.

Cette blessure s’éveille au moment du développement de l’individualité de l’enfant, soit entre quatre et six ans, avec le parent du même sexe, dont il souffre de la froideur, de la sévérité, de l’autoritarisme.
Le masque créé par cette blessure est celui de la RIGIDITÉ. Les personnes rigides sont très sensibles mais elles se coupent de leur ressenti. Elles ont tendance à se croiser les bras, ce qui bloque le plexus solaire (ressenti). Elles s’habillent souvent en noir. Le rigide cherche la justice et la justesse à tout prix, il en devient perfectionniste. Son corps est droit, rigide, bien proportionné, le plus parfait possible. C’est lui qui a le plus peur de prendre du poids et fera tout pour ne pas grossir.
La religion a plus d’influence sur le rigide pour qui les notions de bien et de mal sont essentielles. Il dit souvent « pas de problème », « toujours », « jamais ».
Le rigide est injuste envers lui-même. La personne rigide aime l’ordre, ce qui peut tourner à l’obsession. Elle est attirée par tout ce qui est noble. Elle vit souvent du stress car elle s’impose la perfection en tout. Elle est rarement malade et est très dure avec son corps.
L’émotion la plus courante vécue par le rigide est la colère, surtout contre lui-même. Il est froid, a du mal à se laisser aimer et à montrer son affection.
Sa plus grande peur : la froideur.
Au niveau alimentaire, le rigide préfère les aliments salés aux aliments sucrés. Il est le plus enclin à devenir végétarien.

 

Livre - Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même | Lise Bourbeau

 

Sources de l’Article : https://www.lesmotspositifs.com/blogue/les-5-blessures-de-lame/ et Article ici : https://www.en-1-mot.com/lise-bourbeau/

 

Je vous recommande vivement cet excellent livre, que j’ai lu et beaucoup aimé. Une révélation. Ce livre marquant et troublant, m’a permise de mieux reconnaître mes propres blessures :

les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même livre lecture blessure

 

FORMAT PAPIER    EBOOK

 

 

Nous verrons dans un prochain article “la guérison des 5 blessures” de Lise Bourbeau. Pour ma part, je me suis reconnue dans les blessures de la Trahison et de l’injustice. En sachant que nous avons, au moins, 2 blessures émotionnelles cumulées.

 

 

la guérison des 5 blessures

 

 

VOIR MA SÉLECTION DE LIVRES : LIVRES DÉVELOPPEMENT PERSONNEL ET LIVRE – LES QUATRE ACCORDS TOLTÈQUES DANS MA CATÉGORIE : MES LIVRES

 

CE SITE PARTICIPE AU PROGRAMME D’AFFILIATION PARTENAIRES AMAZON « EN TANT QUE PARTENAIRE AMAZON, JE RÉALISE UN BÉNÉFICE SUR LES ACHATS REMPLISSANT LES CONDITIONS REQUISES. » SI VOUS PASSEZ PAR LES LIENS QUE JE MENTIONNE, JE TOUCHERAI UNE PETITE COMMISSION, SANS QUE CELA NE VOUS COÛTE PLUS CHER. AFIN DE SOUTENIR MON TRAVAIL DE BLOGUEUSE. MERCI À VOUS.

 

 

Si vous aimez cet article, n’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest

Livre - Les 5 blessures qui empêchent d'être soi-même | Lise Bourbeau

 

N’HÉSITEZ PAS À PARTAGER CET ARTICLE SI VOUS AVEZ AIMÉ.

2 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.